Aller au contenu principal

Transformation structurelle et ressources naturelles en Afrique

Étant donné le ratio relativement faible des compétences par rapport au travail en Afrique, le continent a principalement besoin d’emplois peu qualifiés pour que s’opère la transformation structurelle. Le secteur manufacturier plutôt que les services peut servir de base pour la création d’emplois à faible niveau de compétences. Les conditions ne sont en revanche pas encore en place dans bon nombre de pays. Pour y arriver, l’Afrique doit travailler sur ses points forts. Le continent a un fort avantage comparatif en matière de ressources naturelles, que ce soit sous la forme d’énergie, de minerais ou d’agriculture. Ces ressources peuvent servir de moteurs pour la transformation structurelle au travers des effets de liaisons, de l’emploi, des revenus et de l’investissement étranger, à condition que des politiques de soutien adaptées et un climat des affaires adéquat soient mis en place. Il n’existe pas d’arbitrage inhérent entre le secteur des produits de base et les industries manufacturières à forte intensité de main-d’œuvre. Les pays dont le secteur des ressources naturelles est diversifié sont également ceux qui affichent une industrie manufacturière plus diversifiée.

D’après le présent rapport, puisque les ressources naturelles (énergie, minerais et agriculture) resteront l’avantage comparatif du continent dans un avenir proche, contrairement à la majeure partie de l’Asie, la priorité de l’Afrique pour sa transformation active doit être la mise en place d’une économie reposant sur les ressources naturelles, robuste et diversifiée. Pour bien faire les choses, de bonnes politiques sont nécessaires. À cette fin, le rapport des PEA 2013 développe une approche à quatre niveaux pour permettre de mobiliser les ressources naturelles afin d’enclencher la transformation structurelle:

  1. La mise en place des conditions adaptées pour la transformation structurelle constitue le premier niveau de cette approche.
  2. La réponse aux besoins spécifiques des secteurs primaires pour soutenir la transformation constitue le second niveau de cette approche.
  3. Le troisième niveau de l’approche concerne l’optimisation et l’investissement des revenus tirés des ressources naturelles.

Finalement, le quatrième niveau de l’approche consiste à promouvoir la transformation structurelle au travers de politiques actives, qui se concentrent sur l’accroissement de la productivité agricole et la construction d’effets de liaison vers et à partir des industries extractives.

theme 2013

 

Communiqué de presse

Il faut libérer le potentiel des entrepreneurs africains pour accélérer la transformation industrielle du continent, selon les Perspectives économiques en Afrique 2017.

À propos

AfricanEconomicOutlook.org  est le site web qui offre des données et des analyses complètes et comparables pour 54 économies africaines.