Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteurs: Tarik Benbahmed, Hervé Lohoues

Télécharger la note pays en PDF

  • L’économie algérienne a enregistré en 2013 une croissance réelle estimée à 3 %, tirée essentiellement par la demande intérieure, dont l’investissement public. Cette performance a été réalisée dans un contexte de décélération de l’inflation, ressortie à 3.3 %, grâce aux efforts des autorités algériennes pour maîtriser la liquidité monétaire, contenir l’expansion de la demande de biens et services et accroître l’offre.
  • La bonne position extérieure de l’Algérie a continué de s’affaiblir en 2013 : l’excédent de la balance courante s’est en effet établi à 1.2 % du PIB, en recul par rapport aux 5.9 % atteints en 2012, sous l’effet conjugué d’une baisse des exportations d’hydrocarbures et de la hausse des importations. Toutefois, l’Algérie poursuit sa politique de faible endettement vis-à-vis de l’extérieur et possède des réserves de change confortables équivalent à plus de trois ans d’importations.
  • Le groupe Sonatrach, fleuron de l’industrie algérienne, domine les échanges et les chaînes de valeur mondiales. Intervenant dans le secteur des hydrocarbures, il est la première entreprise d’Afrique, avec environ 100 milliards USD de chiffre d’affaires consolidé, en 2013.

Dans un contexte de stabilité politique, l’Algérie continue de présenter des résultats économiques solides. Ainsi, en 2013, le taux de croissance s’est établi à 3 % contre 3.3 % en 2012, tiré par la demande privée et les investissements des entreprises publiques, ce qui a permis de compenser un recul des exportations, notamment d’hydrocarbures, et des dépenses publiques. Par ailleurs, après une stabilité autour de 10 %, entre 2010 et 2012, le chômage, à septembre 2013, a baissé à 9.8 %.

L’inflation a été contenue à 3.3 % en 2013, ce qui représente une baisse notable par rapport aux 8.9 % enregistrés en 2012. Cette décélération de l’inflation, qui ramène la dynamique des prix à son niveau d’avant 2012, est le résultat conjugué d’une politique monétaire prudente, de la consolidation budgétaire mais aussi des actions des pouvoirs publics destinées à maîtriser et à améliorer les circuits de distribution des biens de grande consommation.

Même si elle reste solide, la position extérieure de l’Algérie a commencé à présenter des signes d’essoufflement au cours de l’année 2013. L’excédent de la balance courante s’est ainsi contracté à 1.2 % du PIB (contre 5.9 % du PIB en 2012), sous le double effet d’une baisse des exportations et d’une hausse des importations. Toutefois, les réserves extérieures de change restent toujours confortables (196 milliards USD à fin 2013, soit plus de 3 ans d’importations) et l’endettement extérieur faible (3.2 milliards USD à fin 2013, soit 1.5 % du PIB).

La Chine est désormais le premier fournisseur de l’Algérie, représentant 12 % des importations algériennes contre 11.4 % pour la France, devant l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Quant aux exportations, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la France occupent les premières places, alors que les États-Unis, à la 1ère place en 2012, sont désormais au 6ème rang.

Les perspectives pour 2014 font état d’une reprise de la production des hydrocarbures et d’une augmentation des dépenses publiques (+11.3 %), destinées surtout à l’investissement afin de soutenir la demande intérieure. Dans ce contexte, la croissance attendue est de 4.3 %, assortie d’une inflation de 4.2 %.

L’analyse des chaînes de valeur mondiales (CVM) met en lumière le fait que les réformes et le démantèlement du secteur industriel public ont abouti à une privatisation des actifs, une substitution des importations à la production nationale, une faible productivité et un développement du secteur informel. Pour rompre avec cette dynamique, les autorités algériennes ont amorcé en 2013 une politique encadrant la relance et l’intégration industrielles des filières, avec pour objectifs l’augmentation et la diversification de la production nationale ainsi que la création d’emplois.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20122013(e)2014(p)2015(p)
Croissance du PIB3.33.04.34.2
Taux de croissance du PIB réel par habitant1.40.82.52.4
Inflation8.93.34.24.0
Solde budgétaire (% PIB)-4.8-0.2-2.1-2.6
Compte courant (% PIB)5.91.20.30.4

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut