Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteur: Carpophore Ntagungira

Télécharger la note pays en PDF

  • Estimé à 5.6 % en 2013, le taux de croissance est en léger recul par rapport à 2012
    (5.9 %), mais devrait s’établir à 6.0 % en 2014 et 6.3 % en 2015.
  • Grâce aux améliorations de 2013 et à l’Office togolais des recettes, opérationnel depuis février 2014, le gouvernement devrait assainir un environnement des affaires qui freine toujours la création d’entreprises et l’accès au foncier.
  • Le Togo compte exploiter les atouts des industries extractives, des unités de transformation qui s’y attachent, des services du port et du transport pour tirer profit des chaînes de valeurs mondiales.

Le taux de croissance, estimé à 5.6 % en 2013, s’explique par les performances du secteur primaire, notamment dans le coton et les cultures vivrières, et celles du secteur tertiaire : commerce, transport et entreposage, communications. La poursuite des programmes d’investissements publics, combinée à la relance des filières du coton et des phosphates, devrait soutenir la croissance, projetée à 6.0 % en 2014 et 6.3 % en 2015.

Malgré la hausse significative des recettes fiscales (11 % par rapport à 2012), le niveau de la pression fiscale n’a augmenté que très légèrement : 16.4 % en 2012 et 16.9 % en 2013. Le déficit du solde global s’est amélioré :4.6 % du PIB en 2013, contre 5.8 % en 2012. Le taux d’inflation s’est établi à 1.8 % en 2013, et il sera maîtrisé à moyen terme.

Sur le front politique, les élections législatives de 2013 se sont déroulées sans incident. La préparation dans la sérénité de la présidentielle, prévue en 2015, sera un facteur déterminant pour la bonne marche du pays.

La population demeure très jeune : 75 % des Togolais ont moins de 35 ans et 35 % ont entre 15 et 35 ans. Cette dernière tranche d’âge connaît des taux de chômage et de sous-emploi particulièrement élevés : respectivement 8.1 % et 20.5 %. L’incidence de la pauvreté a connu une baisse de 3 points de pourcentage, passant de 61.7 % en 2006 à 58.7 % en 2011. Ces résultats, bien que positifs, sont loin de la cible de 30.9 % prévue en 2015 par les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). D’autant que, au cours de la même période, l’extrême pauvreté a augmenté de 28.6 % à 30.4 %. Elle est associée à une hausse des inégalités, comme l’a mesuré l’indice de Gini qui est passé de 0.361 à 0.393.

En matière d’éducation, les efforts consentis ces dernières années par le gouvernement ont porté : le taux brut de scolarisation (TBS) a atteint 114.5 % en 2012/13. Les élèves, néanmoins, ont du mal à achever leur scolarité, et cela à tous les niveaux d’enseignement. Conséquence : près de 85 % des demandeurs d’emploi restent sans qualification.

Le secteur de la santé est confronté à l’insuffisance des ressources et aux problèmes de gouvernance. La mortalité infanto-juvénile (124 pour mille), et la mortalité infantile (77 pour mille) ont légèrement augmenté en 2010 par rapport à leurs valeurs de 2006 (76 pour mille et 123 pour mille). En revanche, entre 2008 et 2011, le taux de mortalité maternelle est passé de 350 décès pour cent mille naissances vivantes à 300 pour cent mille. De même, la prévalence du VIH/sida au sein de toute la population est passée de 4 % en 2006 à 3 % en 2012.

Le Togo possède d’importants gisements de minerais (phosphate, calcaire, fer et manganèse). Il devra en premier lieu développer les industries extractives et les unités de transformation à moyen et long termes pour tirer profit des chaînes de valeur mondiales. Les services portuaires et le transport régional constituent également des opportunités. D’autres occasions pourront se créer dans des branches industrielles différentes, mais elles dépendront, d’une part, de la qualité du service public, d’autre part, du tarif et de la disponibilité des services d’utilité publique.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20122013(e)2014(p)2015(p)
Croissance du PIB5.95.666.3
Taux de croissance du PIB réel par habitant3.33.13.43.7
Inflation2.61.82.31.6
Solde budgétaire (% PIB)-5.8-4.6-5.3-4.4
Compte courant (% PIB)-11.9-11.7-13.3-13.8

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut