Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteurs: Gérard Bizimana, Bakary Dosso

Télécharger la note pays en PDF

  • Le Gabon affiche de bons indicateurs économiques avec un taux de croissance de 5.5 % en 2013 pour un taux d’inflation de 0.4 %. Ces performances devraient encore s’améliorer, avec une croissance de 6.7 % en 2014 et de 7.2 % en 2015.
  • Le budget prévisionnel de 2014 reflète la volonté des autorités d’accélérer la diversification de l’économie du pays.
  • Malgré le regain de croissance enregistrée depuis 2010, tiré par le secteur hors pétrole, le taux de chômage reste élevé et affecte particulièrement les jeunes.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) est estimée à 5.5 % en 2013, en légère baisse par rapport à 2012 (5.7 %). L’économie du Gabon jouit d’une stabilité macroéconomique avérée et d’une bonne situation financière, favorisées par son appartenance à la « zone franc », par une évolution favorable des cours du pétrole, et par ses revenus forestiers et miniers, avec un soutien dynamique des investissements publics et privés. Au niveau régional, le Gabon respecte les quatre critères de convergence fixés par la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) dans le cadre de la surveillance multilatérale des économies de la zone, à savoir : le respect du ratio d’endettement par rapport au PIB, le solde du déficit budgétaire, le paiement des arriérés de la dette, et l’encadrement du taux d’inflation.

Les perspectives de croissance au cours des deux prochaines années seront déterminées par l’évolution des cours internationaux du pétrole et par l’évolution de la production de manganèse et de ses cours. La transformation du bois, dont la contribution au PIB est encore faible (4 % en 2013), devrait connaître une progression constante. Ce secteur pourra bénéficier à la fois de cours mondiaux en forte hausse mais aussi de la politique publique de transformation locale des matières premières dans le cadre des trois « zones économiques spéciales » (ZES) en création.

Dans l’ensemble, l’économie gabonaise devrait connaître une croissance soutenue du PIB, avec un taux de 6.7 % en 2014 et de 7.2 % en 2015 (prévisions), et avec un taux d’inflation annuel qui devrait se stabiliser autour de 2.5 %. Les investissements consentis par l’État, les revenus issus de l’exploitation des principales ressources minières et les activités de transformation du bois seront à la source de cette performance. Au niveau du secteur primaire, la production pétrolière devrait se tasser, du fait de la maturation de nombreux champs et faute de découvertes de nouveaux gisements économiquement exploitables.

En élaborant son « Plan stratégique Gabon émergent » (PSGE), le gouvernement entend accélérer le rythme de la diversification de l’économie nationale à travers une stratégie axée sur la transformation locale des matières premières et la facilitation des investissements directs étrangers (IDE). La stratégie d’industrialisation du Gabon s’appuie principalement sur la filière bois. Recouvrant près de 85 % du territoire national, la forêt offre au Gabon l’opportunité de réduire sa dépendance vis-à-vis du pétrole, de lutter contre la pauvreté et d’offrir de meilleures conditions de vie à la population.

Le PSGE s’accompagne d’un vaste programme de réformes visant à diversifier l’économie et accroître la compétitivité des secteurs industriels et des services tout en préservant les immenses richesses environnementales du pays. Sa mise en place s’est traduite depuis 2011 par des programmes d’investissements publics massifs ainsi que par l’élaboration d’une politique industrielle impliquant l’aménagement des ZES pour attirer les IDE, le partenariat public-privé (PPP) et les prises de participation dans les filiales locales des grands groupes multinationaux. C’est dans cette optique que le pays a émis, le 5 décembre 2013, un euro-bond de 1.5 milliard USD destiné à réduire ses coûts d’emprunt et à financer une partie des infrastructures dans les secteurs portuaire, aéroportuaire, routier et énergétique.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20122013(e)2014(p)2015(p)
Croissance du PIB5.75.56.77.2
Taux de croissance du PIB réel par habitant3.33.14.34.9
Inflation2.80.42.72.8
Solde budgétaire (% PIB)-1-1.8-4.2-6.3
Compte courant (% PIB)8.57.24.31.5

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut