Télécharger le chapitre en PDF

La gouvernance politique de l'Afrique s'améliore depuis 2000. Les élections deviennent de plus en plus pacifiques et la participation des femmes dans la vie politique s'accroît. Les gouvernements ont renforcé leurs capacités de recouvrement et de gestion des impôts. Ils sont plus déterminés à combattre la corruption et les sorties illicites de capitaux face à d'immenses besoins de liquidités - même si ces deux phénomènes sont loin d'avoir disparu. Il reste néanmoins de multiples défis à relever.

Depuis quelques années et surtout dans les pays connaissant une transition démocratique, la population n'hésite plus à descendre dans les rues pour réclamer des emplois et de meilleurs salaires. Elle suit aussi de plus près l'action de ses dirigeants, notamment au moyen des médias numériques. Les violences par les acteurs non gouvernementaux ont reculé en 2012 mais restent néanmoins importantes par rapportaux niveaux enregistrés entre 1996 et 2010. Selon des enquêtes récentes, plus d'une dizaine de pays africains figurent dans les 65 pays du monde présentant un risque élevé de troubles civils. Depuis 2000, les conflits entre États africains sont moins nombreux et moins meurtriers- mais de nouvelles menaces font leur apparition. Les conflits opposent aujourd'hui principalement des factions d'un même pays, mais ils rejaillissent de plus en plus sur les pays voisins. Face à ces risques, la communauté internationale commence à adapter ses réponses. En témoignent la collaboration entre l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE) et les Nations Unies (ONU) pour organiser des opérations en cas d'insurrection ou le durcissement des mandats confiés aux missions de maintien de la paix.

Une meilleure gouvernance et la paix sociale sont deux conditions clés pour la croissance et le développement. Plusieurs initiatives prometteuses visent à mettre fin à l'évasion decapitaux et à améliorer la gestion des recettes, notamment dans les industries extractives.Selon l'édition 2013 du rapport Doing Business de la Banque mondiale, 15 des 20 pays où la pratique des affaires est la plus malaisée se trouvent sur le continent africain.

Figure 5.4 Principales motivations des protestations civiles, 2013

Haut