Aller au contenu principal

Swaziland

Auteurs : Peninah Kariuki, Asha P. Kannan

  • La croissance économique continue de ralentir : elle s’est infléchie à -0.6 % en 2016, principalement en raison d’une grave sécheresse et des pressions budgétaires, et les perspectives restent moroses pour 2017 et 2018.
  • La situation politique reste relativement stable depuis les élections de septembre 2013, mais le classement du pays laisse encore à désirer dans le domaine de la participation et des droits de l’homme. 
  • Le Swaziland a un secteur industriel de premier plan, mais un entrepreneuriat limité qui pourrait être renforcé par une politique industrielle intégrée pour développer les entreprises locales et créer des emplois productifs dans le pays. 

L’économie du Swaziland continue de tendre vers la baisse : la croissance s’est infléchie à -0.6% en 2016 contre 1.7 % en 2015. Ce ralentissement reflète un effondrement du secteur primaire imputable à un recul de la production agricole résultant d’une sécheresse provoquée par le phénomène El Niño. Les rendements des cultures pluviales, en particulier le maïs et le coton, et des cultures irriguées, principalement la canne à sucre, ont considérablement baissé. Par ailleurs, une forte diminution des recettes provenant de l’Union douanière de l’Afrique australe pèse lourdement sur le budget. Dans ce contexte, une politique budgétaire expansionniste a amplifié l’impact négatif de ces chocs. On prévoit pour 2017 et 2018 une lente reprise, avec une croissance qui restera contenue à 1.4 % et 2.3 % respectivement, sur la base d’une amélioration des rendements agricoles due à des conditions météorologiques plus clémentes, notamment à des pluies normales ou supérieures à la normale pendant la saison des semis de la campagne 2016/17. Le principal risque vient de la situation budgétaire, en particulier de l’évolution des recettes provenant de l’Union douanière de l’Afrique australe, ce qui souligne la nécessité d’accélérer la promulgation et la mise en oeuvre de la loi amendée sur la gestion des finances publiques.

Le Swaziland est toujours en butte à des défis sociaux majeurs, tels que les taux de pauvreté et d’inégalité élevés, le chômage de masse notamment parmi les jeunes, les inégalités hommes-femmes et la forte prévalence du VIH/sida. Bien que le Swaziland soit classé dans la catégorie des pays à revenu faible et intermédiaire, environ 63 % des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté. Par ailleurs, les inégalités sont prononcées, comme en témoigne le coefficient de Gini de 0.51. Le Swaziland est toujours aussi mal classé sur l’Indice du développement humain (IDH) (150e sur 188 pays), avec un score de 0.531 pendant quatre années d’affilée (2011-15). En ce qui concerne le taux de réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les OMD liés à la pauvreté et à la santé sont au point mort. Les futurs plans relatifs au développement humain devront intégrer les OMD non atteints dans le programme de développement des Nations Unies pour l’après 2015, qui propose 17 Objectifs de développement durable (ODD), assortis de cibles et d’indicateurs bien définis.

Le secteur industriel est le deuxième du pays, en termes de contribution au PIB (42 % en 2014), derrière le secteur tertiaire (51 %) et loin devant le secteur agricole (6 %). L’industrie manufacturière demeure le premier sous-secteur (36 % du PIB), couvrant diverses activités de transformation agroindustrielle basées sur le sucre (en particulier le concentré pour les boissons Coca-Cola), les agrumes, les ananas, la viande, la production de pâte à papier, l’habillement et le textile. Reconnaissant le lien entre l’industrialisation et l’entrepreneuriat, l’État a mis en place diverses initiatives pour développer et promouvoir un entrepreneuriat local swazi, en mettant l’accent sur les petites et moyennes entreprises (PME). Selon l’Enquête intégrée sur la population active 2013-14, l’entrepreneuriat reste cependant limité, puisque les travailleurs indépendants ne représentent que 20 % de la population active totale. D’après les données sur les caractéristiques des entrepreneurs, 56% des PME sont gérées par des hommes et 44 % par des femmes. Par ailleurs, les jeunes entrepreneurs, de la tranche d’âge des 22-35 ans, possèdent 33 % des petites entreprises du pays et les petites entreprises opèrent désormais principalement dans le secteur des services. Conscient du fait que l’entrepreneuriat peut contribuer à résorber le chômage des jeunes, le gouvernement prend différentes mesures, consistant notamment à inclure une formation entrepreneuriale dans les programmes d’études, à maintenir son appui à des programmes spécifiques offrant une expérience pratique aux niveaux secondaire et tertiaire, et à remanier le Fonds autorenouvelable en faveur des jeunes entrepreneurs. Le Swaziland doit se doter d’une politique industrielle intégrée pour promouvoir la diversification de son économie, développer un vivier d’entrepreneurs locaux et promouvoir l’industrialisation sur l’ensemble de son territoire.

Swaziland

Communiqué de presse

Il faut libérer le potentiel des entrepreneurs africains pour accélérer la transformation industrielle du continent, selon les Perspectives économiques en Afrique 2017.

À propos

AfricanEconomicOutlook.org  est le site web qui offre des données et des analyses complètes et comparables pour 54 économies africaines.