Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteurs: Carpophore Ntagungira, Nicolas Kazadi

Télécharger la note pays en PDF

  • Tiré par le secteur agricole et le développement des infrastructures de transport, le taux de croissance est estimé à 5.5 % en 2014 et devrait s’établir à 5.7 % en 2015.
  • En 2014, l’Office togolais des recettes a introduit le paiement des recettes fiscales par voie bancaire comme mesure de facilitation du commerce et de lutte contre la corruption.
  • La mise en place de la décentralisation administrative à l’horizon 2016 est une condition essentielle pour réduire les inégalités et les disparités entre les régions du pays.

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) est estimée à 5.5 % en 2014 et devrait atteindre 5.7 % en 2015, et 5.9 % en 2016 sous les effets combinés des investissements dans les infrastructures économiques et des réformes engagées dans la filière agricole. Un nouveau complexe industriel, Scantogo-Mines, exploitera le calcaire à grande échelle à partir de 2015 afin de produire du clinker et de fabriquer du ciment sur place. Ce projet, d’une capacité de 5 000 tonnes de clinker par jour, permettra de mettre fin aux mauvais résultats de la filière (-9.8 % en 2014) avec une hausse de la production de 69.4 % en 2015 et 46.3 % en 2016. Toutefois, le taux de croissance globale et potentielle à plus de 5.0 % à court et moyen terme pourrait être ralenti en l’absence de maîtrise des enjeux des élections présidentielles de 2015 engagées dans un contexte de débats politiques autour de la question de la limitation du nombre de mandats présidentiels.

L’édition 2015 du rapport de la Banque mondiale, Doing Business, indique que le Togo fait partie des dix économies du monde qui ont le plus progressé sur le climat des affaires en faisant un bond de quinze places pour être classé 149e dans le monde. L’Office togolais des recettes (OTR) a engagé plusieurs réformes dans son administration dont : la déclaration du patrimoine de ses agents ; la mise en place d’un numéro vert et d’un e-mail pour recueillir les plaintes des contribuables ; et le paiement des recettes fiscales par voie bancaire. L’État est omniprésent sur l’ensemble de la chaîne de valeurs de l’électricité avec ses entreprises qui fonctionnent avec des prix fortement administrés. Ces prix sont à la fois inférieurs au prix de revient et trop élevés (148 XOF [Franc CFA BCEAO]/kWh) pour attirer les investissements privés. Depuis l’indépendance, le Togo n’a jamais publié de loi de règlement. Les  projets de loi de règlement des exercices 2007, 2010, 2011, 2012 et 2013 ont été produits, mais n’ont toujours pas été débattus au parlement, les compétences requises dans le cadre de ce type d’exercice de contrôle gouvernemental faisant défaut. Au 31 décembre 2013, le Togo comptait 92 institutions de microfinance (IMF) avec un encours de crédit de 117 milliards XOF. Les bénéficiaires des IMF représentent 43 % de la population togolaise, contre 16 % pour l’ensemble des pays de l’Union économique et monétaire ouestafricaine (UEMOA).

La part relative de la population urbaine de chaque région augmente au fur et à mesure que l’on se rapproche de la région Maritime où se trouve la capitale, Lomé : région des Savanes, 5 % d’urbains ; région de la Kara, 8 % ; région Centrale, 7 % ; région des Plateaux, 12 % ; et région Maritime, 68 %. La grande majorité des pauvres (78.9 %) vivent en milieu rural. En 2014, la région Maritime, qui ne couvre que 11 % du territoire, collecte 98 % de recettes fiscales, emploie 82 % de médecins et bénéficie de 86 % de l’énergie électrique du pays. Le Togo est le seul pays de l’UEMOA qui ne s’est pas encore mis à l’épreuve de la décentralisation dont le démarrage effectif en 2016 sera déterminant pour relever les défis de l’inclusion spatiale.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20132014(e)2015(p)2016(p)
Croissance du PIB5.45.55.75.9
Taux de croissance du PIB réel par habitant2.933.23.5
Inflation1.80.91.72.7
Solde budgétaire (% PIB)-4.5-4.9-3.1-2.9
Compte courant (% PIB)-8.8-5.9-6.3-6.6

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut