Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteurs: Khadidiatou Gassama, Toussaint Houeninvo, Bakary Traoré

Télécharger la note pays en PDF

  • Estimé à 4.5 % en 2014, contre 3.5 % en 2013, le taux de croissance est projeté à 4.6 % en 2015 et 5.0 % en 2016.
  • La première vague des projets et réformes phares du PSE a été lancée en 2014, et leur bonne mise en oeuvre est indispensable pour réaliser les objectifs du PSE.
  • Les autorités ont adopté l’Acte III de la décentralisation pour organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable, mais la réussite de cette réforme dépendra de l’amélioration des compétences des acteurs locaux.

Initialement prévu à 4.9 % en 2014, le taux de croissance a été revu à la baisse, à 4.5 %, en raison de l’impact négatif attendu de la maladie à virus Ebola sur le secteur du tourisme (0.2 point du produit intérieur brut [PIB]) et du retard des pluies sur le secteur agricole (0.2 point du PIB). La croissance est toutefois en progression par rapport à 2013 (3.5 %). Elle est projetée à 4.6 % en 2015, portée par la relance du secteur primaire et la vigueur des activités dans les secteurs secondaire et tertiaire. Ce dynamisme, associé au début d’exécution du Plan Sénégal émergent (PSE), devrait se poursuivre et permet de projeter la croissance à 5.0 % en 2016.

L’année 2014 correspond à la première vague de lancement de 14 des 27 projets phares et de 5 des 17 réformes majeures du Plan Sénégal Émergent (PSE), qui veut faire du Sénégal une économie émergente d’ici à 2035. Pour sa première période de mise en oeuvre (2014-18), le PSE s’articule autour de trois axes : transformation structurelle de l’économie et croissance ; capital humain, protection sociale et développement durable ; gouvernance, institutions, paix et sécurité. Le PSE a l’ambition de réaliser, sur cette période, un taux de croissance moyen de 7 %. La nouvelle stratégie de développement devrait se traduire par des réformes structurelles de fond afin de relever le potentiel de croissance et stimuler la créativité et l’initiative privée. Il s’agit avant tout de satisfaire la forte aspiration au mieux-être des populations.

Pour réussir les objectifs du PSE, les autorités devront s’assurer de la mise en oeuvre soutenue des réformes phares, notamment dans les domaines de l’énergie, du foncier, de la logistique et des infrastructures, des technologies de l’information et de la communication et de l’environnement des affaires. Le PSE, toutefois, pourrait se heurter à des retards d’exécution et subir les effets des aléas climatiques. De plus, l’ouverture de l’économie rend le pays sensible aux fluctuations des marchés internationaux et aux changements économiques en Europe. Le Sénégal reste par ailleurs exposé à la situation sécuritaire au Mali et à une éventuelle propagation de l’épidémie d’Ebola.

Les autorités ont décidé de mettre en place une stratégie sur le long terme en faveur d’un développement territorial plus équilibré et harmonieux. Pour cela, elles travaillent à l’élaboration d’un Plan national d’aménagement et de développement territorial (PNADT 2015-35), une révision du plan de 1997. Son but est d’établir des territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable. Parallèlement, le gouvernement a adopté le 28 décembre 2013 un code général des collectivités locales, baptisé « Acte III de la décentralisation ». L’exécution rapide et efficace du PNADT et de la réforme de la décentralisation sera déterminante pour atteindre les objectifs du développement territorial.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20132014(e)2015(p)2016(p)
Croissance du PIB3.54.54.65
Taux de croissance du PIB réel par habitant0.61.61.72.2
Inflation0.7-0.420
Solde budgétaire (% PIB)-5.5-5.1-4.5-4.6
Compte courant (% PIB)-10.8-9.3-8.8-8.6

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut