Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteur: Suwareh Darbo

Télécharger la note pays en PDF

  • Tirée par l’agriculture et les industries extractives, la croissance du PIB (3.4 % en 2014) devrait atteindre 3.1 % en 2015 et 3.7 % en 2016 ; selon les prévisions, l’inflation devrait rester élevée (21.8 % en 2015).
  • Le dialogue national entre le gouvernement et l’opposition devrait mener à une réforme politique, tandis que la mise en oeuvre du Document stratégique intérimaire de réduction de la pauvreté devrait soutenir une croissance inclusive et améliorer les perspectives d’accomplissement des OMD.
  • La concentration géographique a entravé la formation de grappes industrielles et l’emploi dans les États à la traîne ; une planification spatiale spécifique est nécessaire pour concentrer les ressources dans les agglomérations urbaines et stimuler l’emploi dans l’agriculture.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) du Soudan a été estimée à 3.4 % en 2014 et devrait s’élever respectivement à 3.1 % et 3.7 % en 2015 et 2016. Le PIB devrait reposer sur l’agriculture pluviale, les produits miniers et les droits de transit du pétrole. Les services nationaux ont progressé de 3.1 % et représenté 45.6 % du PIB en 2014. Toutefois, les services fournissent généralement des emplois à faible productivité. L’inflation au Soudan, la plus élevée d’Afrique avec une moyenne de 36.9 % en 2013-14, s’explique par la dévaluation des taux de change, les achats d’or non stérilisés et les ruptures d’approvisionnement liées aux conflits civils. Même si elle devrait chuter à 21.8 % en 2015 grâce à une politique stricte, l’accumulation des pressions inflationnistes va faire augmenter les taux de pauvreté et de chômage, déjà élevés. À court et moyen terme, la croissance sera soutenue par la revitalisation de l’agriculture ainsi que l’accroissement de la production de minerais et d’exportations non minières, en plus de la réduction de l’inflation.

Un nouveau programme suivi par le Fonds monétaire international (SMP) et un programme de réforme économique sur cinq ans (FYPER, 2015-19) ont été adoptés en 2014 afin d’améliorer la stabilité macroéconomique et de soutenir une croissance inclusive. Les décideurs politiques doivent néanmoins relever les défis liés aux faiblesses structurelles de l’économie et à une pénétration de marché limitée. La progression lente du crédit au secteur privé, due à une faible intermédiation financière et aux effets d’éviction des opérations budgétaires, a freiné encore plus la formalisation des affaires et la création d’emplois. Le refus, depuis 2014, des banques correspondantes étrangères de traiter les virements en provenance et en direction du Soudan afin d’éviter de violer les sanctions américaines a durci le marché des changes et fait augmenter les coûts des moyens de production importés. À cet égard, une sensibilisation efficace est nécessaire pour supprimer les sanctions américaines. En outre, la lourde dette extérieure du Soudan ainsi que l’instabilité des environnements politiques internes et externes pourraient fragiliser les avancées du pays vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

L’urbanisation s’est accélérée au Soudan depuis les années 1990, en raison de l’aggravation de la situation dans les zones rurales et des conflits civils prolongés, qui a entraîné le développement de bidonvilles et de camps pour les déplacés internes, une pénurie de logements dans de nombreuses villes et la prolifération de l’informalité. L’absence de stratégie visant à coordonner l’utilisation des terres dans le cadre du processus de planification du développement national a favorisé une croissance urbaine excessive, manquant de transformation structurelle et de spécialisation. Il est nécessaire de mettre l’accent sur la maximisation des atouts urbains existants par le biais d’une stratégie spatiale spécifique afin de multiplier les opportunités entrepreneuriales, tout en ravivant l’économie rurale afin de réduire les risques et contrecoups potentiels liés au regroupement économique.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20132014(e)2015(p)2016(p)
Croissance du PIB3.63.43.13.7
Taux de croissance du PIB réel par habitant1.61.30.91.4
Inflation36.137.721.821.3
Solde budgétaire (% PIB)-2.3-0.9-1.1-0.8
Compte courant (% PIB)-8.7-8.4-6.8-6.5

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut