Auteurs

Vue d'ensemble

Développements récents et perspectives

Politiques macroéconomiques

Politique budgétaire

Politique monétaire

Coopération économique, intégration régionale et commerce

Politique de la dette

Gouvernance économique et politique

Secteur privé

Secteur financier

Gestion du secteur public, institutions et réformes

Gestion des ressources naturelles et environnement

Contexte politique

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail

Égalité hommes-femmes

Analyse thématique : Transformation structurelle et ressources naturelles

Auteurs: Vera-Kintu Oling, Alexis Rwabizambuga, Kordzo Sedegah, Tony Muhumuza

Télécharger la note pays en PDF

  • L’année 2014 a été pour l’Ouganda une période de consolidation de la stabilité macroéconomique et de relance progressive de l’activité ; la croissance du PIB réel est projetée à 5.9 % pour l’exercice budgétaire 2014/15, contre 4.5 % en 2013/14.
  • La reprise de l’activité économique repose principalement sur des investissements publics dans les infrastructures, une reprise de la consommation intérieure privée et de la demande d’investissement, et un rebond du secteur agricole.
  • L’Ouganda est toujours en bonne voie pour atteindre l’Objectif du Millénaire pour le développement relatif à la réduction de la pauvreté : la baisse des taux de pauvreté absolue se confirme, avec un recul de 24.5 % à 19.7 % entre les exercices budgétaires 2009/10 et 2012/13, accompagné d’améliorations de la nutrition des enfants et d’une diminution de la mortalité infantile ; en outre, l’espérance de vie globale est passée à 59 ans, soit 3 ans de plus qu’en 2009.

L’année 2014 a été pour l’Ouganda une période de consolidation de la stabilité macroéconomique et de relance progressive de l’activité. Pendant l’exercice budgétaire 2013/14 (juillet 2013-juin 2014), la croissance du PIB réel, de 4.5 %, a été sensiblement inférieure aux prévisions (5.7 %), principalement en raison du taux d’exécution insuffisant de l’investissement public financé par des sources externes et d’un tassement des exportations résultant d’un affaiblissement de la demande des partenaires commerciaux. L’économie du pays s’est cependant redressée depuis un an. Les perspectives devraient s’améliorer et la croissance du PIB pour l’exercice budgétaire 2014/15 est projetée à 5.9 %, suite à la décision des pouvoirs publics d’améliorer la marge de manoeuvre budgétaire en mobilisant des recettes intérieures, en augmentant l’investissement public et en favorisant une reprise de la demande privée grâce à l’accession des ménages et des entreprises au crédit bancaire.

Le récent rapport sur la pauvreté (Poverty Status Report) fait état de perspectives mitigées pour le développement humain. D’une part, l’Enquête nationale auprès des ménages (Uganda National Household Survey – UNHS, 2012/13) estime que les niveaux de pauvreté ont reculé de 4.8 points de pourcentage pour tomber à 19.7 % (6.7 millions de personnes), contre 24.5 % en 2009/10 (où 7.5 millions de personnes vivaient dans la pauvreté absolue). Par ailleurs, la situation est restée stationnaire ou s’est dégradée dans d’autres domaines, tels que l’éducation primaire universelle et la santé, en particulier l’incidence du VIH. Les progrès en matière de développement sont également variables selon les régions, le Nord et le Nord-Est étant à la traîne par rapport au reste du pays. L’indicateur du développement humain de l’Ouganda est actuellement de 0.484, ce qui le place au 164e rang sur 187 pays (Rapport sur le développement humain 2014).

Bien que la pauvreté ait d’une manière générale reculé, elle reste plus concentrée dans les zones rurales que dans les zones urbaines.

En Ouganda, le développement a toujours été déséquilibré en faveur des régions du centre et de l’Ouest par rapport aux autres, qui restent à la traîne. La région du centre a les taux de pauvreté les plus bas, 5 % selon les estimations, contre 9 % dans l’Ouest, 25 % dans l’Est et 44 % dans le nord du pays (UNHS, 2012/13). Les disparités économiques régionales découlent le plus souvent de la distribution inégale des infrastructures socio-économiques, telles que réseaux routiers, accès aux marchés, services de santé et d’éducation et investissements du secteur privé. Le fossé entre le monde rural et le monde urbain s’est également creusé, principalement pour les mêmes raisons. Le Plan de paix, de redressement et de développement (PPRD) de 2007 est une intervention majeure mise en place par l’État pour atténuer les écarts de développement entre les régions. Celles-ci accusent encore un retard, mais ce plan a déjà abouti à quelques avancées, en particulier dans le domaine du développement des infrastructures, susceptibles de faciliter à l’avenir la transition des régions de la phase du relèvement à celle du développement humain durable.

Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 20132014(e)2015(p)2016(p)
Croissance du PIB4.75.96.36.5
Taux de croissance du PIB réel par habitant1.42.633.3
Inflation55.45.95.4
Solde budgétaire (% PIB)-2.6-4.9-5.8-5
Compte courant (% PIB)-7.5-5.2-7.1-7.7

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

Haut